Biodiversité

La biodiversité :

La biodiversité englobe la FAUNE et LA FLORE. La faune est l’ensemble des espèces animales. La flore est l’ensemble des espèces végétales. Ce sont aussi des microorganismes vivant dans un lieu donné.

La faune et la flore sont donc interdépendantes. Par exemple, la faune est essentielle à la survie de nombreuses espèces de flore.

La contamination pour l’homme de la faune ou de la flore, a donc des conséquences irrémédiables sur l’existence même de la biodiversité.

Les requins :

Selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, un tiers des espèces de requins sont menacés de disparition.

Les requins sont intensivement pêchés, le plus souvent dans le seul but de les amputer de leurs ailerons qui constituent un ingrédient alimentaire pour l’homme.

Le requin est certes, un super-prédateur, toutefois il est nécessaire dans le milieu qu’il occupe. Il participe au maintien de l’écosystème par le prélèvement d’espèces malades ou blessés ce qui favorisent le maintien des proies en bonne santé.

Certaines espèces de requins sont une aide précieuse au recyclage des matières organiques des océans.

Les requins participent également à d’autres types d’interactions au sein des écosystèmes. Par exemple, ils servent de support aux rémoras (poissons à ventouse) avec qui ils créent ainsi une relation de bon voisinage.

Les dauphins :

Les dauphins sont également au sommet de la chaîne alimentaire. Ils contrôlent les populations de poissons et de calamars ce qui permet de garder l’équilibre de la biodiversité.

Le dauphin est une sentinelle de l’environnement car nous partageons souvent les mêmes produits de la mer. Leur surveillance permet d’avoir un indicateur de l’état de pollution de nos océans.

Le dauphin est reconnu par les scientifiques pour sa capacité intellectuelle exceptionnelle. Il a une forme de conscience de soi et les études sur le comportement de l’animal sont étonnants.

Récemment, une nouvelle méthode thérapeutique a été mise en place pour les enfants handicapés. Elle est basée sur un contact physique de l’enfant avec le dauphin dans l’eau afin de développer les capacités mentales et physiques de l’enfant.

Les baleines :

Les baleines sont accusées par les pays chasseurs de la diminution des stocks de poissons commerciaux, mais leur rôle post mortem et celui des autres mammifères marins dans le maintien de la biodiversité marine et l’essaimage des espèces profondes est largement sous-estimé.

Au contraire, la diminution des carcasses de baleines adultes due à la chasse historique et existante ainsi qu’aux pollutions est un handicap pour la biodiversité et pour les poissons.

Au fond des mers, les carcasses de baleines adultes sont analogues à des oasis dans les déserts terrestres.

Elles « aspirent avec leur bouche de gigantesques quantités de vase au fond des océans », et ce faisant, elles remuent la vase et font remonter de grandes quantités de sédiments du fond vers la surface de l’Océan.

Cette manière de se nourrir est d’une importance extrême pour l’écosystème marin, quand les populations de baleines grises sont abondantes, elles peuvent faire remonter à la surface assez de nourriture pour alimenter jusqu’à un million d’oiseaux de mer, et d’innombrables autres espèces d’animaux marins. Une chute drastique des effectifs de baleines grises pourrait par conséquent détériorer l’écosystème marin tout entier.

Ainsi que beaucoup d’autres espèces marines, disparaîtront inéluctablement et cela mettrait ainsi en péril la survie d’une quantité innombrable d’espèces marines qui font aussi partie de cette chaîne alimentaire équilibrée.

Les tortues :

Les tortues se nourrissent quasiment exclusivement d’éponges et de méduses. En consommant des méduses elles libèrent les coraux ce qui permet à d’autres espèces d’accéder au récif pour se nourrir, donc elles participent à l’écosystème de la barrière de corail.

Il existe 7 espèces de tortues marines. Elles vivent dans les eaux tropicales et subtropicales de la planète. Toutes les tortues marines sont menacées par la perte de leur habitat, le braconnage, le commerce, la pêche intensive, la pollution, les maladies et le changement climatique.